La Neuvième Heure

La Neuvième Heure

Alice McDermott

Quai Voltaire

  • par (Libraire)
    8 décembre 2018

    Très joli texte au charme indéniable. Les religieuses sont à l’honneur dans La neuvième heure. Elles vivent au cœur de Brooklyn, elles sont bourrues et douces, elles aident leur prochain, elles sont drôles parfois, elles sont là, présentes, au cœur de la vie des habitants. La neuvième heure parle avec humanité de la misère, de la tristesse des hommes et de la joie aussi.
    La neuvième heure est une très belle histoire d’entraide et de fraternité.


  • 9 septembre 2018

    Une petite merveille de générosité

    Après avoir poussé Annie, sa femme, hors de la maison, la persuadant d’aller faire quelques courses avant la tombée de la nuit, Jim a ouvert le gaz. Il s'est tué et il s’en est fallu de peu qu’il ne fasse sauter tout l’immeuble. Jim n'en était pas à son coup d'essai, il souffrait d'une mélancolie lancinante. Son licenciement a mis le feu aux poudres. Mais dans cette communauté irandaise très catholique de Brooklyn, le péché s'ajoute au chagrin. L'église condamne le suicide et le malheureux qui décide d'en terminer est promis aux flammes de l'enfer. Il n'a en tout cas pas le droit d'être enterré dignement et religieusement. Dorénavant, sa jeune veuve, enceinte, devra se débrouiller seule, avec le soutien bienveillant des sœurs du couvent tout proche de chez elle, qui l'ont recueillie comme l'une des leurs ou presque, lui ont proposé d’avancer pas à pas, d’aborder les problèmes les uns après les autres, la protégeant avec suffisamment de délicatesse pour ne pas avoir l'air de lui faire la charité.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    3 septembre 2018

    A la mort de son mari Annie se retrouve seule et enceinte. Elle est aidée, soutenue par les sœurs de la communauté religieuse du quartier et Sally devient vite le rayon de soleil du couvent. Bien des années plus tard c’est la fille de Sally qui raconte l’histoire de sa grand-mère et de sa mère. Quelle délicatesse dans l’écriture de Alice McDermott, quelle tendresse pour ses personnages, quelle humanité face aux faiblesses, aux tentations. La neuvième heure fait partie de ces romans que l’on n’a pas envie de finir !
    Valérie


  • par (Libraire)
    31 août 2018

    Brooklyn Sisters

    Le jour où Jim se suicide, sa veuve Annie est prise sous la protection de Soeur Saint-Sauveur, qui lui trouve une place de blanchisseuse dans son couvent. C'est dans ce contexte que naît la petite Sally. Elevée au milieu des Soeurs, elle se sent attirée par leur vocation. Soeur Lucy l'emmène une semaine dans ses visites aux pauvres et malades du quartier.
    Ce roman nous dépeint la misère et la maladie qui règnent dans Brooklyn. La générosité et la bienveillance sont les moteurs de ces Soeur Soignantes qui exercent un ministère difficile. Les personnages sont touchants et complexes, et très vite se pose la question de la vocation, de la foi, du doute, du sacrifice, du pardon.
    Un roman délicat mais réussi sur un sujet difficile.