sandrine57

Lectrice compulsive d'une quarantaine d'années, mère au foyer.

Vernon Subutex 3
13 juin 2020

Certains voient en lui un gourou, d'autres juste un DJ vieillissant. Personne ne sait qui est Vernon Subutex mais le fait est qu'il a le don de faire danser la foule lors des ''convergences''organisées par sa bande. Ces soirées, minutieuses préparées, dont le lieu et la date sont tenus secrets jusqu'au dernier moment, attirent des danseurs de tous horizons pour un moment magique et déconnecté. La bande à Vernon, garde rapprochée toujours vigilante, l'entoure avec amour, parfois dévotion, toujours fidélité. La vie aurait pu suivre son cours dans l'euphorie de l'amitié, de la musique, de la liberté si Charles n'avait pas laissé derrière lui un pactole en héritage. Le clochard toujours bien chaussé a fait un testament mais la Véro, sa veuve pas très éplorée, n'est pas encline à partager le pactole. Dans la bande à Vernon, comme ailleurs, l'argent suscite la convoitise, la défiance, la jalousie et la belle harmonie vole en éclats. Encore une fois, Vernon détaché de tout, part pour une nouvelle aventure...Mais s'il réussit à tout laisser derrière lui sans états d'âme, d'autres n'ont pas ce bel esprit. Pour certains, l'heure de la vengeance a sonné.

Dernier tour de piste pour Vernon, La Hyène, Kiko, Olga, Aïcha et tous les autres...Toutes ces personnalités hétéroclites qui ont fait les beaux jours de la saga moderne de Virginie Despentes.
Percutants, fourmillants d'idées géniales, très ancrés dans la réalité de notre temps, ces trois tomes auront été une succession d'émotions, de la jubilation à la tristesse, de la colère à l'euphorie. Ce dernier tome nous rappelle un passé très récent, de l'ignominie des attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan à la solidarité des Nuits Debout. C'est tout le talent de l'auteure de nous confronter à la déliquescence de la société dans laquelle nous vivons. Les convergences de Vernon Subutex sont un vœu pieux, l'heure est plutôt aux divergences et Despentes sait comme personne mettre le doigt sur l'égoïsme, le racisme, l'homophobie, la frivolité, le matérialisme, le sectarisme, la violence, autant de maux qui gangrènent nos civilisations modernes. Doit-on être un doux rêveur pour croire encore à la liberté, la fraternité, l'égalité, l'amitié, la communion des âmes et des cœurs ? Avec une pointe d'humour, une bonne dose de cynisme et beaucoup de lucidité, Despentes nous met en face de nous-mêmes, simples humains qui essaient de garder la tête hors de l'eau.
Sombre et plus trash que jamais, ce troisième tome clôt en beauté cette trilogie iconique.
Adieu Vernon, la Hyène, Kiko, Olga et tous les autres.
A dévorer sans modération.

Sauvé du mal et l'appât du grain
19 mai 2020

En arrivant en France, Florent Bonnevy a adopté la religion chrétienne et garde depuis le plus grand secret sur ses origines juives. Aussi est-il d'abord désagréablement surpris quand un marchand juif tout droit venu d'Amsterdam vient lui demander son aide en souvenir du passé. Venu à Paris pour négocier un chargement de grains, Jacob Ensel est en effet accusé de meurtre et se retrouve en fâcheuse posture, aux prises avec la vindicte populaire des Halles. Lui imposant le silence sur leurs origines communes, le médecin introduit Jacob dans sa demeure où très vite il se lit avec Justine, son épouse ataviquement antisémite. A charge désormais pour Florent de disculper son coreligionnaire et de faire la lumière sur ce trafic de grain où semblent impliqués des proches de la duchesse de Berry, la fille chérie du Régent.

C'est toujours un plaisir de retrouver Florent Bonnevy, dit Sauve-du-Mal par les petites gens qu'il soigne, ainsi que la bouillonnante période de la Régence. L'homme est médecin bien sûr mais il aime aussi se mêler d'enquêtes policières au grand dam de son épouse Justine qui aimerait le garder auprès d'elle un peu plus souvent. Cette fois, il s'intéresse à un vaste trafic de grain dans lequel est compromis un marchand juif hollandais. L'enquête est donc très personnelle pour Sauve-du-Mal qui se voit confronté à ses choix de vie. En devenant catholique, le médecin a non seulement renié sa foi, mais il a aussi renoncé à tout lien avec sa famille. Jacob Ensel est le vivant rappel de tous ceux qu'il a laissés derrière lui. Les regrets qui affleurent sont cependant balayés par le sort réservé au juifs en France. Ils y sont tolérés mais peu aimés, certaines professions leur sont interdites et ils ne peuvent devenir citoyens français. En butte à toutes sortes de préjugés, ils vivent à part et sont accusés de tous les maux. Florent sait bien que s'il dévoilait son secret, toute son existence serait remise en question, de son amitié avec le Régent jusqu'à son mariage avec Justine.
Si l'enquête n'est pas forcément passionnante, la Régence de Philippe d'Orléans est une époque fascinante de l'Histoire de France que Dominique Muller sait nous rendre vivante avec talent. Ici elle raconte l'ascension de l'écossais John Law, l'émission de papier-monnaie et les premières spéculations boursières. Personnage controversé, le Régent est décrit avec ses défauts, les rumeurs sulfureuses qui l'entourent mais aussi son ambition de maintenir la paix, de résorber la dette et de préparer Louis XV à gouverner un pays prospère.
Un très bon opus de cette série à la fois divertissante et riche de connaissances historiques.

Le signe des quatre

Le Livre de poche jeunesse

4,95
14 mai 2020

Sherlock Holmes et John Watson sont désormais bien installés dans leur appartement de Baker street et le médecin a pu expérimenter les bons et les mauvais côtés de son colocataire, dont le pire est sans doute son addiction aux drogues dure, exacerbée par l'ennui et l'inactivité. Aussi, les deux amis sont-ils ravis de recevoir mademoiselle Mary Morstan qui vient solliciter leur aide. La charmante jeune fille est confrontée à un problème de taille : un inconnu lui a donné rendez-vous pour lui parler d'une injustice dont elle serait victime. Or, mademoiselle Mostan ne sait pas du tout de quoi il pourrait s'agir et souhaiterait être accompagnée lors de la rencontre. Tombé sous le charme, le docteur Watson est prêt à tout pour aider Mary tandis que Holmes voit là une occasion d'exercer ses talents. Le duo d'enquêteurs va alors se retrouver au cœur d'une sordide affaire de meurtre et de trésor volé.

Après l'Utah et les mormons d'Une étude en rouge, Conan Doyle nous emmène cette fois-ci dans l'Inde coloniale du XIXè siècle. Mystère, exotisme, trahison et pierres précieuses sont les ingrédients d'une enquête où Sherlock Holmes fera encore preuve d'une perspicacité et d'un sens de la déduction hors du commun. Fidèle à lui-même, le détective est arrogant, prétentieux et invivable mais il sait démêler les énigmes comme personne. Quand à son acolyte, s'il s'élève contre les prises de drogue de son nouvel ami, il sait aussi être admiratif de ces phénoménales capacités.
Il faut aimer les romans à énigmes pour apprécier Le signe des quatre et surtout être attaché aux personnages de Sherlock et Watson car littérairement le livre est un peu frustrant. Les seconds rôles ne sont pas très fouillés, le style n'est pas fabuleux et les évènements s'enchaînent un peu trop rapidement. Restent les belles descriptions des rues de Londres et le dépaysement du voyage en Inde. Et puis c'est un classique du genre, à lire donc.

Gémeaux

Tabachnik, Maud

De Borée

7,50
12 mai 2020

Flic à Boston, Sam Goodman est dépêché à San Francisco où Dominique Genosi a été repéré. Et Sam est prêt à tout pour arrêter le mafieux français qui a descendu son co-équipier. Mais encore une fois, le coup de filet tourne court et Genosi s'enfuit, semant la mort sur son passage. Sur son chemin, il croise la route des frères Hunter et monte dans leur vieux mobil-home. Gil et Jeffrey Hunter, des jumeaux pas très malins mais qui manient le couteau à la moindre contrariété, ne sont certes pas les associés idéaux pour l'arrogant français, mais ils peuvent être le moyen pour lui de se sortir de l'impasse en montant un gros coup. Car Genosi doit se refaire financièrement, trouver de faux papiers et quitter les États-Unis qui ne lui ont pas porté chance. Alors que la police de San Francisco patauge pour retrouver sa trace, Sam embarque son amie journaliste Sandra Khan dans sa traque. La jeune femme, encore secouée par sa récente rencontre avec un tueur en série, ne tient pas la grande forme, mais suivre la cavale meurtrière du trio pourrait être une façon de se remettre en selle.

Nouvelle rencontre entre les deux héros récurrents de Maud Tabachnik. D'abord, Sam Goodman le flic juif de Boston, doté évidemment d'une mère juive qui cherche à le nourrir et à le marier et ensuite la journaliste lesbienne Sandra Khan, basée à San Francisco. Voilà pour les présentations. Du côté des méchants, le corse Dominique Genosi, une pointure chez les mafieux de la Côte d'Azur mais un loser de l'autre côté de l'Atlantique. Lâché par ses collègues locaux, il végète dans des motels miteux, vole des voitures après avoir refroidi leurs propriétaires et finit par s'acoquiner avec des autres losers, les jumeaux Hunter. Tout ce beau monde est bien sûr sans foi ni loi.
Rythme soutenu, beaucoup d'actions mais aucune profondeur. Encore une fois, Maud Tabachnik peine à convaincre. Ici le style sombre dans la vulgarité et les clichés pullulent. Écrire un polar à l'américaine n'est pas à la portée de tout le monde...

Le sang de Venise, roman
6 mai 2020

Venise, 1575. Même si elle est sincèrement éprise de Joseph, son fiancé, Rachel da Modena rechigne à compléter son trousseau et à fixer la date du mariage parce qu'une fois mariée, elle devra se consacrer à son foyer et abandonner ses escapades hors du ghetto. Au grand dam de sa mère, l'intrépide jeune fille n'aime rien tant que de fréquenter les ateliers de peinture de la ville, particulièrement celui du Titien où elle se frotte à l'aristocratie vénitienne. Mais la liberté dont elle jouit, et avec elle tous les membres de la communauté juive, est mise à mal le jour où l'on découvre le cadavre d'un enfant dans un canal près du ghetto. Alors, les vieilles superstitions se réveillent et l'on murmure de plus en plus fort que les juifs tuent les enfants chrétiens pour fabriquer le pain de Pâques avec leur sang. C'est là une opportunité en or pour Bernardino da Montova, un moine franciscain nouvellement arrivé en ville qui en profite pour attiser la haine des juifs qu'il rêve de voir chassés de la ville, voire du pays. Pour laver l'honneur de sa communauté, Rachel décider de mener l'enquête et de débusquer le véritable meurtrier.

Avis mitigé après la lecture de ce polar historique pas tout à fait convaincant. D'abord, il faut oublier le côté polar qui est ici un peu délaissé au profit de l'Histoire. Il y a donc crime mais pas d'enquête puisque le coupable est tout trouvé : c'est un juif, peu importe lequel, pourvu qu'on livre à la justice un membre de cette communauté tolérée mais pas appréciée. Ensuite les personnages sont assez manichéens. Rachel la jeune juive est parée de toutes les qualités, belle, rebelle, éprise de liberté, féministe avant l'heure et à l'opposé le moine franciscain et ses acolytes ne sont que noirceur, fourberie et intégrisme. Et pour finir, le roman est trop court pour être approfondi et cohérent. On passe donc, à la vitesse grand V, de cette affaire de prétendu crime rituel à la grande peste qui s'est abattue sur la ville et le continent européen telle une punition divine. Le tout est parsemé de bons sentiments, de traditions juives, avec une pointe d'amour saphique peu crédible.
Heureusement, tout n'est pas mauvais, Maud Tabachnik s'étant bien documentée sur l'époque et la ville. Les belles descriptions de la bouillonnante Sérénissime et le contexte géopolitique bien expliqué sont les points positifs d'une histoire à deux doigts de sombrer dans le mièvre. Il est, en effet, intéressant de découvrir l'opposition de Venise avec Rome où le pape enrage de voir les juifs bénéficier d'une relative liberté sur les terres du doge. Mais si l'enjeu est religieux, il est surtout économique. La Turquie est l'alliée des juifs et les offenser fermerait la porte aux échanges commerciaux vénitiens, laissant à quai sa marine marchande et ses grandes ambitions.
En bref, "Le sang de Venise" est divertissant, bien documenté, facile à lire mais il ne faut pas trop en attendre sous peine d'être déçu.